Tambacounda : En marge de la journée mondiale du rein, les Responsables du centre d’hémodialyse de l’hôpital régional de Tambacounda ont tenu un point de presse ce Mercredi 13 Mars 2019 sur le thème choisi au niveau international à savoir des reins sains pour tous et par tous retenu également par le Sénégal.

 Le point de presse s’est tenu sous l’égide des autorités sanitaires notamment  le major du service hémodialyse  M FAYE WALY,  la directrice de l’hôpital régionale, M BABA NDIAYE  le président régional de l’association des hémodialysés du Sénégal   l’entente régionale et entre  autres collègues.

Selon le Docteur Paméla  Néphrologue, Depuis 6 ans le centre d’hémodialyse de Tambacounda  est en fonctionnement.  Les données statistiques  livrés  à la presse par le Docteur sont de  150 patients et en 2018 23 nouveaux cas qui ont été admis en dialyse sont pris en charge  avec des maladies chroniques  rénales mais aussi des personnes qui ont une maladie insuffisance aigué rénale avec une particularité réversible, donc le centre n’est pas réservé seulement aux patients, mais également aux personnes  qui ont une insuffisance chronique de la maladie et qui interviennent sur beaucoup de cas d’insuffisance rénale aigue.

Le paludisme peut créer des problèmes  d’insuffisance rénale et qui se guéri par la suite, l’accouchement et la grossesse  peuvent se compliquer en créant de l’hypertension et de rénale aigue et les concernées ont la chance de se guérir avec la prise en charge rapide. Le cas des enfants est assez particulier par ce que pendant longtemps on a cru que l’enfant ne peut pas souffrir de cette maladie d’insuffisance rénale ; à travers un diagnostic  avec les pédiatres, cela a permis aujourd’hui de mieux comprendre qu’on peut prendre en charge les enfants qui ont une maladie rénale.

 Alors chez les moyens de  1 à 10ans les causes sont difficiles à identifier souvent ce sont des causes qui sont liées à son fonctionnement  interne à sa génétique donc ce sont des pathologies qu’on appelle souvent  des glomérulopathies qui sont les premières causes et deuxièmes les malformations congénitales qui ont été générées au cours de la grossesse. l’implication des jeunes dans cette histoire de cette maladies rénale  on peut évoquer des pistes simples tel que le retard de prise en charge des malades cela est dû aux négligences des parents  et on a aussi un changement de comportement socio alimentaire avec les sédentarisations des populations  à travers une consommation  excès  de sel qui est un peu être  à l’origine de la  maladie qui favorise la maladie rénale chez les jeunes.

En effet cette journée est une journée de sensibilisation de communication d’information et de prévention sur les maladies rénales chroniques avec des activités sur toute l’étendue du territoire national pendant toute la semaine ;  à noter qu’on a trop de  décédés de la maladie rénale et on lance un appel afin que tout le monde prenne compte de cela.

Pour rappel tous les acteurs sanitaires sont impliqués à savoir les relais communautaires appelés BADIENNE GOKH avec des activités aux niveaux des bases communautaires  des OCB pour porter le message et ils ont pris part à cette activité pour mieux vulgariser, il est aussi prévu une autre activité interne ce 14 mars  avec les patients et les personnels sur une causerie éducative sur la dialyse qu’est-ce que la dialyse et comment vivre avec elle, pour les faire comprendre  qu’on peut avoir des enfants avec la dialyse , aller au  travail  avec  en suivant ses traitements,  souligne Docteur Pamela Nitcheu  

L’ouverture de ce centre est un geste salutaire pour la région de Tambacounda. Selon le président  M BABA NDIAYE , il  y a toujours des efforts à faire ; le centre dépend de beaucoup de consommateurs qui viennent  un peu partout et souvent  nous avons des ruptures de consommables  et à chaque fois qu’on a cette rupture c’est vraiment une galère pour les malades donc rester une journée sans faire une séance de dialyse, c’est un problème et il y a trois séances prévues pour le malade de 4heures par semaine et d’autres 5 heures de séances. Il y a d’autres charges qui reviennent  aux malades comme les frais médicaux

Lamine Kanté/tambaactu1.com  

 

    

Share Button

Dans la même rubrique